Benchmark de l’Open Source dans les grandes sociétés

enioka a réalisé un benchmark de l’usage de l’Open Source dans les grandes entreprises Françaises. Les équipes informatiques de 8 grandes sociétés représentatives (dont la moitié font partie du CAC 40) ont été contactées dans différents secteurs d’activité :

  • Télécom,
  • Agribusiness,
  • Médias,
  • Institution Financière publique,
  • Transports,
  • Banques (x2),
  • Grande Distribution.

Voici les thèmes abordés dans ce benchmark :

  • Quel est votre usage de l’Open Source ?
  • Quels sont les modèles de support ?
  • Comment gérer la contribution ?
  • Quelles sont les motivations pour utiliser de l’Open Source ?

Ce benchmark s’appuie sur des sociétés représentatives et donne donc une illustration de la perception de l’Open Source en France par ces grandes entreprises. L’échantillon utilisé ne permet toutefois pas de généraliser ces informations. Les informations données ici sont le reflet et les opinions de ces sociétés, rien de plus.

Le terme Open Source est utilisé en lieu et place de Logiciel Libre car c’est ainsi que ces sociétés le désigne. En pratique, le coté Libre est en fait un critère plus important que l’on pourrait l’imaginer au premier abord pour ces sociétés.

Usage : un effort général vers l’Open Source

100% des participants disent qu’ils ont une approche Open Source first, c’est à dire que pour un nouveau projet, un composant Open Source est toujours privilégié en priorité, et qu’il faut argumenter pour utiliser un composant propriétaire à sa place.

L’étude a aussi montré deux catégories de systèmes d’information :

  • la partie IT de gestion pour les fonctions support (finance, RH, …) utilisant principalement des progiciels propriétaires ;
  • la partie informatique métier, plus souvent développée en interne, principalement construite sur un socle Open Source.

Les trois quarts des sociétés envisagent des composants Open Source pour réduire l’empreinte du propriétaire dans leur système d’information dans l’année à venir

La moitié des sociétés ont une stratégie qui encourage l’Open Source depuis plusieurs années (3 à 8 ans)

Analyse des modèles de support : un modèle de support ne peut couvrir tous les cas

La plupart du support est fait en interne. Chaque société possède des experts techniques en interne formés aux technologies Open Source choisies. Comme l’Open Source tend à faciliter le support en propre sur les composants logiciels, les experts en interne se révèlent souvent être le meilleur modèle de support disponible.

Les services professionnels de support sont chers, rarement utilisés, mais valent le prix dans les cas extrêmes d’urgence. Les sociétés qui font appels à des services professionnels de support sont d’accord pour dire qu’elles utilisent très peu leur abonnement à ce service. Elles ont néanmoins indiqué que cela les avait sauvé plus d’une fois. Il s’agit plus d’une assurance qu’autre chose, permettant aussi une transition plus aisée depuis un modèle propriétaire.

Le modèle de support communautaire et des distributeurs est envisagé dans le cas de composants simples ou maîtrisés. Les services de support professionnels ou de l’éditeur sont préférés pour les composants critiques.

Contribution et gestion des licences : des processus inexistants ou trop lourds pour être appliqués

Toutes les sociétés distribuent des logiciels à leurs clients avec des composants open source (applications web et mobiles principalement). Mais uniquement deux sur huit ont un processus de revue des licences formalisé.

100% des participants estiment que s’il n’existe aucun processus formalisé, ou si celui-ci est trop lourd, alors les équipes contribuent régulièrement en leur propre nom, sans aucun contrôle ni validation.

La contribution publique est encore une pratique peu représentée, bien que tous les participants soient d’accord sur les bénéfices techniques et opérationnels apportés quand ils ont contribué.

Différents niveaux de validation sont nécessaires pour garder le contrôle sur les contributions. Les profils Open Source ont la contribution dans leur ADN, et s’ils ne sont pas autorisés à contribuer ou si c’est trop compliqué, ils vont trouvés d’autres moyens (la contribution fantôme), mais les bénéfices en sont réduits et cela pourrait même induire des risques.

Motivations : l’Open Source permet aux sociétés de reprendre le contrôle de leur exploitation et du déploiement

100% des participants reconnaissent que le principal inducteur pour l’Open Source est l’agressivité de la politique de licence des logiciels propriétaires.

À égalité avec le coût, c’est l’absence ou la limitation du verrouillage qui motive les grandes entreprises à réaliser des choix stratégiques d’adoption des logiciels libres.

Quelques domaines métiers verrouillés par des mainframes sont les derniers bastions résistant à l’Open Source. Exception faite de ces systèmes, en particulier au coeur des grands systèmes bancaires, l’Open Source est le bienvenu dans tous les domaines.

Les meilleurs profils Open Source sont dur à trouver… et dur à garder. Les experts dans l’Open Source partiront s’ils n’ont pas assez de liberté (pas de droit de contribution, pas de droit d’exploitation), ou si le modèle opérationnel est trop rigide.

Le développement et l’exploitation avec des équipes internes sont un des leviers principaux dans l’adoption de l’Open Source.

  • Les grands éditeurs ont tendance à ignorer les composants Open Source ;
  • Les équipes de développement internes sont partisanes des composants Open Source ;
  • Les fournisseurs de services d’exploitation (infogérance) de niveau 1 sont globalement défavorables à l’Open Source ;
  • Les équipes d’exploitation internes préfèrent les plateformes Open Source.

L’Open Source est maintenant globalement accepté comme un acteur à part entière dans les environnements de production dans la plupart des secteurs d’activité.

La nature ouverte de l’Open Source entraîne un regain d’intérêt des équipes exploitation sur leurs plateformes. Les logiciels Open Source leur permettent d’être assez agile pour répondre aux challenges apportés par l’innovation, tout en répondant aux enjeux de Time-to-Market.

Retour d’expérience

Voici les principaux retours d’expérience que ces grandes entreprises partagent après leur adoption de l’Open Source.

Les communautés Open Source doivent être auditées. Les communautés sont un des piliers fondamentaux des logiciels Open Source, et doivent donc à ce titre être auditées comme le serait n’importe quel fournisseur de solution logicielle propriétaire.

Les experts dans le monde propriétaire deviennent de bons experts de l’Open Source. La transition n’est pas toujours facile, mais généralement les experts du monde propriétaire évoluent rapidement vers une position d’expert du monde Open Source sur  le même domaine.

Les licences doivent être auditées. Bien que les licences Open Source ne soient pas en général un problème, un projet peut parfois être amené à utiliser une licence plus restrictive, qui impacterait l’utilisabilité du logiciel dans un environnement professionnel.

Les personnes contribuant en leur nom propre sont courtisés par les autres sociétés. Des contributions Open Source rendent visibles les meilleurs profils, ils seront alors très naturellement approchés par de nombreuses autres sociétés.

L’implication dans les communautés Open Source est un bon investissement :

  • capitalisation sur les compétences techniques ;
  • développement personnel des employés ;
  • incidence positive sur le recrutement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *